changement

Oser le changement

Quand j’ai laissé tomber le confort de mon statut salarié pour me lancer en  tant qu’indépendant, j’avoue qu’une fois la sensation de « toute puissance » envolée, je me suis senti extrêmement stressé.

Je ne comptais plus les  » et si ?…  » à tendance négative, dans le genre  » et si j’échouais ?  » et  les idées noires tourbillonnaient dans ma tête plus que les courts instants où le soleil éclairait ma vie.

Il fallait agir. Comprendre mes peurs pour mieux les affronter. Accepter mes angoisses, les dominer.

Mais comment faire ?

Le réseau comme moyen de lutte contre la peur !

À plusieurs, on se sent plus fort. Mais surtout, l’esprit est trompé par toute l’agitation provoquée par les interactions sociales.

Dès que je rencontrais des  gens, comme par magie, ma peur se diluait et mon attitude ensoleillée reprenait le dessus.

J’ai vite compris que je devais multiplier ce remède anti-stress qui avait au moins deux effets positifs : noyer mes angoisses et enrichir mes connaissances.

Et les jours où mes amis ou relations professionnelles  étaient indisponibles, une simple balade au parc avait un effet positif sur mes idées noires et ramenait de la sérénité.

Et si je mettais ma peur KO ?

Les jours où le sentiment de panique est trop fort, j’avoue que j’essaie simplement de l’accepter pour mieux le dominer.

D’une manière générale, je ne résiste pas à la peur, je cherche surtout à la gérer. Oui, j’essaie de créer un réseau de site, je suis dans une situation instable, dépendant de tout un tas de paramètres et alors ? Je vais laisser la peur me battre ? Ou, au contraire, la confiner dans un recoin dans mon esprit et lui accorder une place tellement ridicule que cela en sera risible !

Je peux le faire ! Je ne suis pas un fanatique de la pensée positive et de la méthode Coué, mais j’avoue qu’il m’arrive souvent de répéter en boucle des phrases types et de pratiquer la visualisation positive.

J’ai confiance en moi, enfin, je fais tout pour !

Vous savez ce que je crois ? Que la clé de la réussite, c’est la confiance que nous avons en notre projet.

La capacité à le porter, à en parler avec assurance joue beaucoup dans la façon dont les personnes extérieures le perçoivent.

Aussi, régulièrement,  je m’entraîne à expliquer ce que je vends devant mon miroir. Je guette mes lacunes, travaille ma tonalité, mon débit.

Au début, le résultat n’était pas beau à voir ! Cafouillis, idées  déstructurées, l’angoisse se lisait sur mon visage tout le temps que la question « suis-je convaincant ? » tournait dans ma tête.

C’est seulement le jour où j’ai réellement pris confiance que tout a basculé. La peur de ne pas être à la hauteur s’est cachée dans un trou de souris et j’étais le grand manitou armé de la tapette magique, prêt à la faire taire à la moindre tentative de fuite…

Mieux vaut tenter quelque chose et le rater, plutôt que de ne rien faire !

Ceci est devenu ma philosophie d’entrepreneur du Net.

J’ai commencé à attaquer les flancs les plus risqués de mon travail, et me suis aventuré vers des contrées jusqu’alors inimaginables.

Par exemple : Facebook. Je sais, cela vous paraître bête, mais je m’en étais fait tout un monde…Pour moi, impossible de communiquer dessus. Peur de ne pas savoir  interagir, de n’avoir rien  à dire, d’ennuyer mes contacts…

Avec le blason de ma confiance redoré, j’ai pris le taureau par les  cornes, me suis inscrit sur ce réseau social puissant, et ai commencé à poster.

Pour l’instant, mon réseau n’intéresse pas grand monde, car j’ai pris tellement de retard, que je communique sur un projet incomplet.

Mais je ne suis pas découragé. Je continue à me documenter pour voir si je peux améliorer ma stratégie. Les informations que je ne peux utiliser tout de suite, je les note, ils me serviront un jour.

Je suis persuadé qu’armés de tous ces conseils que je pourrais appliquer un jour, mes efforts seront payants.

Les jours où mes angoisses d’entrepreneur remontent à la surface, je m’arme de ma tapette géante, et les fais taire, à coups de  » au fond, est-ce si grave ? « .

Cette technique fonctionne bien, et j’ai de moins en moins souvent besoin de sortir le grand jeu.

Share Button

2 réflexions au sujet de « Oser le changement »

  1. Bonjour André, lorsqu’on commence à se battre contre ses émotions négatives, on est sur le bon chemin vers la connaissance de soi, alors continue dans ce sens là !

    zenie

    1. Bonjour,
      Vous avez raison, c’est un combat difficile à commencer, difficile à mener sur le long terme, mais dont la victoire donne tellement de récompenses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Cocher cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse.