facteur x

Le facteur X

Comme je l’explique dans la page « à propos », j’ai dû repartir en arrière après l’échec de mon premier plan pour créer mon activité en parallèle. C’est là que j’ai compris que pour atteindre un but dans la vie il fallait non seulement développer une stratégie en planifiant les étapes nécessaires, mais aussi tenir compte de ce que j’appelle le facteur X. Le facteur X : c’est la confrontation du projet avec la réalité, avec le temps, avec notre vie sociale et avec notre environnement. On se réveille le matin avec une idée très précise de ce qu’on va faire dans la journée et toute cette organisation est chamboulée par l’arrivée imprévue de la tante Berthe. La tante Berthe est le facteur X qui vient bouleverser la planification de la journée. On s’est tous retrouvés un jour dans ce genre de situation. C’est notre capacité à faire face à ce type d’événement avec discernement et à notre aptitude à nous adapter rapidement à de nouvelles informations qui nous ouvrira les portes de la réussite.

Quelle réaction face à l’imprévu ?

Face à l’imprévu on stresse, on est envahi par des émotions contradictoires. Certains abandonnent le but qu’ils s’étaient fixé, d’autres s’obstinent à se lancer dans l’action de façon frénétique pour atteindre à tout prix leurs objectifs. Etre capable de gérer l’imprévu, c’est d’accepter le fait qu’on ne peut pas tout prévoir, tout contrôler. C’est aussi accepter l’idée qu’un plan d’action ne se déroulera pas toujours comme on l’a prévu, et que parfois il faut changer certains paramètres à la dernière minute ou retourner en arrière.

objectifs

Agir sur soi

Gérer l’imprévu c’est facile sur le papier, seulement je vous avoue que quand mon premier plan n’a pas fonctionné, j’étais démotivé, pas au point d’abandonner mon projet, mais suffisamment pour rester bloqué sur cet échec pendant plusieurs jours. Donc, en élaborant mon deuxième plan d’action, j’ai intégré le facteur X dans chaque étape. Comme il me paraissait utopique de vouloir envisager toutes les situations imprévues possibles, j’ai décidé d’agir seulement sur le dénominateur commun à toutes situations : moi. Et pour me préparer à être confronté à l’imprévisible de façon plus sereine, je suis retourné consulter mes livres de développement personnel qui m’avaient beaucoup aidé dans le passé.

action

Je ne sais pas pour vous, mais quand j’échouais à cause d’un évènement que je n’avais pas envisagé, j’avais tendance à laisser tourner en boucle le film dramatique de ma défaite dans ma tête, à me poser mille questions, à me laisser envahir par la colère et à m’interroger sur mes compétences. Cette étape durait plusieurs jours. Au début j’ai essayé de la combattre par la pensée positive, mais j’ai vite compris que cela ne fonctionnait pas pour moi. Donc, je me suis replongé dans mes livres de développement personnel et grâce à une lecture beaucoup plus approfondie, j’ai compris que cette étape était nécessaire pour moi. Pourquoi ? Simplement parce que c’était une phase de transition. Elle me permettait de digérer la défaite. Maintenant, quand je me retrouve confronté à l’échec d’un plan d’action, à chaque fois que je peux, je m’isole dans la nature, je laisse tourner le film dramatique de ma défaite, je l’observe, l’analyse, j’essaie de trouver des réponses à mes questions jusqu’à retrouver la motivation pour remonter dans la barque et pagayer avec vigueur vers mon objectif. J’utilise la visualisation pour revivre l’événement inattendu et laisser partir les sentiments d’impuissance que j’ai ressentis et trouver l’adaptation nécessaire à la situation.
Même si on ne peut pas complètement contrôler le facteur X, il ne faut pas s’enfermer dans un schéma fataliste. Avec une bonne dose de motivation et de persévérance, chacun peut réussir à atteindre ses objectifs. Enfin, c’est ce que je pense. Et vous ?

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse.